Le métier de conseiller en animalerie

Avec plus de 63 millions d’animaux de compagnie dans les foyers français, l’animalerie représente un secteur en plein essor. Chiens, chats, poissons, rongeurs et autres NaC sont devenus des membres à part entière de la famille, au point qu’au 15 avril 2014 un amendement a été voté par les députés, leur reconnaissant le statut “d’êtres vivants doués de sensibilité” en lieu et place des “biens meubles” qu’ils étaient auparavant.

Si leur achat ne représente qu’une minuscule partie du chiffre d’affaire du marché animalier, les autres dépenses (alimentation, accessoires, soins, prestations diverses) sont colossales. Le métier du secteur animalier de conseiller en animalerie bénéficie donc également de cet engouement.

Les fonctions du conseiller en animalerie

1) Conseil et vente

Le conseiller en animalerie se doit de connaître parfaitement les diverses espèces qu’il vend : race, mode de vie, caractéristiques (physiques et comportementales), alimentation, besoins… Il doit aider le client dans son choix en tenant compte de sa personnalité et de son mode de vie et en lui faisant comprendre que l’achat d’un animal implique un engagement à long terme de sa part.

De plus en plus de gens se tournent vers les NAC (Nouveaux Animaux de Compagnie), parfois par simple curiosité. Ils peuvent quelquefois avoir des besoins spécifiques dont le client n’a pas véritablement connaissance, atteindre une taille imposante ou avoir des comportements imprévisibles. Il appartient au conseiller d’en informer la clientèle pour pallier au risque d’abandon. Il réalise également la vente d’aliments et d’accessoires divers.

Une clientèle sera d’autant plus fidèle que les conseils seront de qualité.

2) Entretien et nourriture

Cette activité quotidienne est très prenante : environ 80% du temps de travail. Nettoyer et désinfecter les cages, changer les litières et entretenir les aquariums est indispensable si l’on veut éviter le développement et la propagation de maladies.

Le conseiller en animalerie nourrit les animaux et s’assure de leur bonne santé. Il leur apporte les soins appropriés mais ne remplace pas le vétérinaire auquel il doit faire appel si nécessaire. S’il est salarié, il doit au préalable informer ses responsables des divers problèmes.

3) Administration des rayons

Le conseiller en animalerie gère les stocks, étiquette les produits, approvisionne les rayonnages, passe les commandes, réceptionne et contrôle les livraisons. A la réception des animaux, il doit vérifier leur carnet et leur état de santé et les placer dans leur cage ou leur aquarium.

Il assume également des tâches administratives telles que l’établissement des documents se rapportant à la vente ou le suivi du chiffre d’affaire. Il participe aussi à la mise en place des campagnes publicitaires.

Les qualités et compétences du conseiller en animalerie

Aimer le contact des animaux est bien sûr la base essentielle du métier. Mais d’autres qualités sont essentielles, certaines communes au métier de vendeur, quel que soit le secteur, et d’autres plus spécifiques au milieu animalier.

  • Un bon relationnel : le contact avec le client est primordial pour l’écouter et le conseiller ; cette qualité va de pair avec l’amabilité et le sourire.
  • La maîtrise des techniques de vente.
  • Une bonne condition physique conciliable avec les longues stations debout et le port de charges lourdes telles que les sacs de nourriture et les cages.
  • Le sens de l’observaion permettant de déceler rapidement un éventuel problème de santé chez un animal.
  • La disponibilité : l’ouverture de ce type de magasins le dimanche et les jours fériés n’est pas toujours conciliable avec une vie de famille. Même s’il existe un jour de fermeture du magasin, il serait impensable de priver les animaux d’eau et de nourriture.
  • L’absence d’allergie aux plumes, aux poils et aux acariens ; il ne faut pas oublier non plus que l’environnement du conseiller en animalerie est fait d’odeurs de litières, de miaulements, de cris d’oiseaux et d’aboiements.

La formation

Il existe plusieurs diplômes permettant l’exercice de la profession de conseiller en animalerie.

1) Bac pro technicien conseil-vente en animalerie

La formation se déroule sur trois ans après une classe de 3ème mais certains CAP ou BEP autorisent sa préparation en deux ans. Elle s’effectue en formation initiale ou en alternance dans des lycées, CFA ou autres instituts, avec 16 à 22 semaines en entreprise selon les établissements.

Comme tout bac pro, celui-ci comporte un enseignement général (commun à tous les bacs pro) et un enseignement professionnel propre aux tehniques animalières. L’obtention du diplôme est basé sur un partage équitable : 50% de contrôles continus en cours de formation et 50% d’épreuves ponctuelles.

2) Certificat de Qualification Professionnelle Vendeur en Animalerie (CQP VA)

Créé en décembre 2010, ce diplôme s’adresse aux salariés en activité et aux demandeurs d’emploi ou toute autre personne ressortissant de l’insertion professionnelle (DIF, CIF, VAE, période de professionnalisation).

La formation s’effectue en alternance sur une période de 18 mois comportant 455 heures de présence en centre. Un référentiel détermine les modules de formation. Le CQP est ensuite délivré par la CPNEFP (Commission paritaire nationale de l’emploi et de la formation professionnelle) de la branche après une évaluation composée de trois épreuves.

3) Certificat de formation en vente-conseil en animalerie

Il ne s’agit pas là d’un diplôme reconnu mais plutôt d’une attestation de formation délivrée par l’établissement où cette dernière a été suivie. Ce sont généralement des écoles privées délivrant l’enseignement à distance. Dans ce cas de figure, la qualité de la formation repose uniquement sur le sérieux de l’établissement.

Exercice et évolution dans la profession

Le conseiller en animalerie peut exercer dans divers lieux :

  • les magasins spécialisés dans la vente d’animaux vivants ;
  • les jardineries possédant un rayon animalerie ;
  • les rayons animalerie de la grande distribution ; pas de contact avec les animaux, la vente se limitant aux produits alimentaires et aux accessoires.

L’évolution de carrière peut passer par plusieurs critères :

  • les compétences, en se spécialisant dans certaines espèces d’animaux tels que les NAC ;
  • la promotion interne, en gravissant les échelons : vendeur, chef de rayon, directeur de magasin, responsable de magasin d’animalerie.

Il est également possible de se mettre à son compte ; dans ce cas une formation en gestion et management est fortement conseillée.

Conclusion

Avec un nombre de points de vente en constante progression, le métier de conseil en animalerie a encore de beaux jours devant lui. Mais vous avez pu voir qu’il ne se choisit pas à la légère et qu’il nécessite avant tout une grande passion et de bonnes connaissances dans le domaine des animaux.